Le paradoxe de l'unixien technophile

Prenons un informaticien du monde Unix : sauf exception, ce sera également le plus souvent un technophile facilement enthousiaste en matière d’innovation technologique. Ceci dit il aura probablement également un regard beaucoup plus critique, ne reconnaissant à une nouveauté un caractère novateur que beaucoup plus difficilement qu’un publicitaire par exemple. :-)

Prenons quelque chose de vraiment novateur justement. L’iPhone est d’un point de vue ergonomie sans doute parmi les plus aboutis aujourd’hui (et peut-être le plus lors de sa sortie) : son interface tactile (multitouch, mais à quoi bon préciser ?) est naturelle et intuitive au possible. Attraper des choses, feuilleter des pages ou des photos du bout de doigts, avoir un affichage qui s’adapte à l’orientation de l’écran : c’est ce que l’on veut vraiment, ce que l’on attend même. Ce type d’interaction traîne dans les conférences d’IHM depuis plus de dix ans, et enfin quelqu’un a eu le courage de mettre sur le marché.

Mettez cet objet dans les mains du sujet, et observez sa réaction. Manifestement, il est content. Mais pour faire son bonheur, permettez-lui en plus de faire ceci :

Shell zsh dans un iPhone

Soudain, il retrouve ses marques : il peut faire du ssh, rediriger des ls des sed et des grep. Revenu des années en arrière, il est comblé, il se sent rassuré, il est aux anges, il jubile, il peut frimer et poster un billet sur son blog en parlant de lui à la troisième personne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *