Métaphore

Il y a une chose difficile à accepter dans le cas d’un accident nucléaire comme celui qui s’est produit l’année dernière au Japon, et plus généralement dans le cas d’une pollution ayant des effets statistiques sur la santé. Cet accident va entraîner des problèmes de santé, des cancers, et vraisemblablement des morts sur le long terme, mais il est impossible de pointer un cas et affirmer qu’il est dû à cette pollution. On peut seulement se contenter de constater une différence statistique. Pire, il est difficile, sinon impossible, de faire même la part entre ce facteur et d’autres.

L’autre jour en passant devant un magasin de fleurs j’observais la queue de clients en cette veille de Saint Valentin. Le nombre de clients est certainement significativement plus élevé en cette période, comparativement à d’habitude. Mais le reste de l’année il y a tout de même des clients. Aussi pour un observateur extérieur, alors s’il semble évident que cette queue est due à la période, il est impossible de pointer du doigt un client et affirmer que c’est la Saint Valentin qui le fait se déplacer. Sauf à lui demander bien sûr. :)

2 réflexions au sujet de « Métaphore »

  1. En fait, la saint valentin, c’est rien qu’un accident de centrale nucléaire.
    Et pour les fleurs, « you are the cancer of this planet ».
    J’adore tout simplement tes métaphores. C’est d’un romantisme digne de toi.

  2. Disclaimer : je suis mauvais en statistiques et je commence juste à m’intéresser aux réseaux bayésiens et autres modèles graphiques. « If you only have a hammer, you tend to see every problem as a nail. »

    Est-ce qu’une étude poussée sur un échantillon assez important de la population pourrait permettre de se prononcer sur chaque nouvelle personne ? Quelque chose comme : « Si vous avez tel et tel symptôme et que vous étiez à tant de kilomètres de l’accident, il y a 95% de chances que sans Fukushima, vous n’auriez pas eu de cancer », en utilisant un réseau bayésien, justement.

    D’un autre côté, est-ce qu’on a vraiment envie de savoir ? La plupart des gens qui vont chez le fleuriste le 14 février n’ont pas vraiment envie qu’on leur rappelle qu’il n’y vont qu’une fois par an. Alors est-ce que quelqu’un a vraiment envie de savoir que sans nucléaire, il aurait encore des dizaines d’années à vivre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *